"Nous Merveillons" 10e biennale d'art contemporain de Melle jusqu'au 29 septembre

En savoir plus

De sa rencontre avec le château, elle garde un souvenir : celui des petits carreaux qui pavent le sol, celui de l’orangerie et du soleil qui inondait les lieux. C’était une belle journée. La rénovation du château n’était pas encore achevée mais il se tenait là, docile. Un petit bijou qui n’attendait que cette rencontre, comme point de départ du premier jour du reste de sa vie.

Un nouveau départ

Nous sommes en 2017. La commune de Chef-Boutonne, porte alors le projet gigantesque de revoir la muséographie de son château. Un édifice renaissance autour duquel gravite histoire, collections, et passionnés, tels les gardiens de la mémoire locale. Le défi était alors lancé, celui de pouvoir redécouvrir le château, de lui offrir une seconde naissance. Cette nouvelle page s’écrit de concert avec la mairie, les associations du château mais aussi Céline en charge de la muséographie. Les rouages s’assemblent doucement, morceau par morceau, mais dans un ancrage sûr et solide. Paré de cet esprit d’équipe qui semble inébranlable, le nouveau récit s’amorce. Petit à petit, il se pare de magie, de voyage et d’ingéniosité...

Au pays des génies

En poussant la porte du château, Céline capte les richesses, les détails de l’architecture. Elle fait glisser sa main sur la rampe de l’escalier en colimaçon. Elle découvre les coiffes et un certain Jean-François Cail. Reste alors à pouvoir tisser un récit dans lequel les trois pôles du château : les coiffes, l’architecture et l’ingénieur local pourraient allégrement cohabiter. Très vite, l’ingéniosité tire son épingle du jeu. Celle de la structure même du château, celle de Jean-François Cail, véritable génie de son époque, et celle, technique, des couturières et des coiffes. Pour ficeler le tout, le voyage s’impose. Le château se révèle alors une formidable machine à remonter le temps. Ici et là, malles, coffres, boîtes à souvenirs ont investi les lieux. Pourtant, Céline sait qu’il ne faut pas trop en dire, que la curiosité doit s’attiser. Celle, qui insidieusement viendra titiller le visiteur, jusqu’à ce qu’il cherche à en savoir plus. Plus qu’une simple visite, l’expérience doit se prolonger bien au-delà.

La magie opère

Céline a reçu un don, celui de fabrique à souvenirs. L’air de rien, telle une magicienne, elle sème des bribes d’histoires, des images qui viennent vous crocheter. Très vite, vous voici hameçonnés. Ensemble, à deux, entre amis, en famille, vous partagez un moment, qui, même si vous ne le savez pas encore, restera sans doute ancré dans votre mémoire bien après votre passage au château. Céline Fournier est muséographe depuis 1996. Elle se lance dans la création de sa propre entreprise en 2012 : la Boîte à Histoires, avec l’envie de voler de ses propres ailes. Depuis, elle a accompagné une quarantaine de projets, dont celui du Château de Javarzay à Chef-Boutonne.

Des étoiles plein les yeux

« Trois dames me reviennent particulièrement en mémoire lors de ma toute première réunion de travail sur le projet. Elles semblaient très complices. Je me suis retrouvée touchée par leur regard à l’annonce de nos premiers ressentis sur le projet, à la façon dont nous allions pouvoir offrir une belle mise en valeur des coiffes » Des étoiles plein les yeux, elles réalisaient l’espoir tenace de transmettre le savoir-faire des coiffes. Celui du doigté délicat et agile des couturières qui inlassablement pique le tissu, le modèle, le sculpte pour orner la femme de son enfance à ses vieux jours. Elles se rendaient compte que nous allions pouvoir toucher plus de visiteurs par une mise en scène plus moderne « L’espace dédié aux coiffes reste sans aucun doute l’endroit que je préfère. Sur le papier, ce n’était pas la partie du projet la plus évidente. Je ne suis pas de la région et n’ai pas connu mes grand-mères ou arrière-grand-mères ornées de coiffes. Mais je sentais qu’il fallait trouver la manière de faire honneur à ces œuvres et à leurs couturières. Aujourd’hui, je trouve l’endroit emprunt de magie, d’authenticité et d’empathie. J’ai d’ailleurs hâte de faire la visite avec mes deux filles pour partager avec elles toute la délicatesse autour du monde des coiffes.» 

Vous en voulez encore ?

Suivez les actualités du Château de Javarzay ouvert depuis le 18 mars 2022

Sur facebook

Sur instagram

Sur Youtube

Sur www.chateau-javarzay.fr

Découvrez nos autres portraits :

Pierre Gendraux, quand le Château de Javarzay était une formidable scène de spectacle à ciel ouvert

Coline Jorand, pour qui le Château de Javarzay est son nouveau bureau